La poule Géline de Touraine

La Géline de Touraine est considérée comme l’une des plus grandes races de poules pondeuses. C’est pourquoi elle est si populaire auprès des éleveurs familiaux. La race est plutôt ancienne, elle existe depuis une génération et ne déçoit jamais ses éleveurs. Si vous souhaitez en faire l’élevage dans votre poulailler, voici une foule d’informations sur la Géline de Touraine, notamment son comportement, son apparence et sa ponte !

Histoire et contexte

La race est originaire de la région de la Basse-Touraine, plus précisément de l’Indre-et-Loire. Elle a été inventée dans les années 1900 par Jean-Baptiste Martin, un professeur d’agriculture.

Elle était à l’origine un descendant des poulets noirs de Touraine croisés avec des Croad Langshan. Pendant un certain temps, la race a été au bord de l’extinction. Certains éleveurs ont croisé des Croad Langshan et des Bresse gauloises noires pour la recréer.

En conséquence, la race n’est plus totalement pure, il ne reste que des hybrides. Les croisements, en revanche, n’ont pas oblitéré les caractéristiques uniques de cette race de poule pondeuse. Sa construction et son taux de ponte sont également inchangés.

Apparence et plumage

La Géline de Touraine a un plumage noir. Ses crêtes et barbillons sont particulièrement frappants, étant rouge vif. Cette race de poule pèse entre 2,5 et 3 kilogrammes. Les caractéristiques physiques des coqs et des poules sont presque identiques. Les poules, par contre, ont une tête plus petite et une queue plus forte.

La crête de la poule est également quelque peu dentelée et inclinée vers l’arrière. Ses pattes sont de couleur gris ardoise et sont dépourvues de plumes. La viande de la Géline de Touraine est très appréciée : elle est fine, délicate et douce !

Alimentation 

Une Géline de Touraine se nourrit de blé et de maïs pendant le début de sa vie. Cela implique que les céréales représentent 80% de son apport calorique quotidien. Le reste est constitué de protéines végétales dont le pois, le soja et le colza. Les œufs forts et gros ont besoin de beaucoup de protéines.

A partir de la sixième semaine, la Géline de Touraine préfère chasser sa nourriture sur le sol. Elle découvre des insectes (chenilles, vers, escargots, etc.) qui lui fournissent une bonne quantité de protéines animales. Elle mange également des herbes et des légumes. Pensez à lui donner vos épluchures de légumes ; rien ne se perd car elle mange tout. L’eau comblera le vide, et il lui en faudra suffisamment (environ un demi-litre lors des chaudes journées d’été) pour éviter de se déshydrater lors de ses déplacements.

Géline de Touraine

La ponte

La Géline de Touraine est une poule polyvalente appréciée pour sa viande mais c’est également une bonne poule pondeuse. C’est pour cette raison que les éleveurs sont attirés par elle. Une Géline de Touraine peut pondre 170 à 250 œufs par an, ce qui peut paraître peu par rapport aux 300 œufs pondus par la harco ou la poule rousse, mais c’est beaucoup pour une poule de race ! Autre avantage, comme la Brahma, la Geline est une pondeuse d’hiver, ce qui lui permet de continuer à pondre toute l’année.

La fréquence de ponte et la taille des œufs sont toutefois fortement influencées par les conditions de vie.

Ses œufs pèsent entre 50 et 60 grammes. Le bicarbonate de soude a été découvert par certains éleveurs comme moyen de renforcer la coquille de leurs œufs. La qualité des œufs peut être améliorée avec seulement 2,5 grammes de poudre de bicarbonate dans l’eau. Elle ne refuse pas totalement de couver ses œufs, mais elle n’est pas du genre à s’enfermer jusqu’à ce que les poussins soient prêts à éclore. Ce type de poule est naturellement curieux.

Soins pour la Géline de Touraine

La Géline de Touraine est une race de poule rustique. Elle n’est sensible à aucune maladie pouvant la blesser ou la tuer. Cependant, veillez constamment à ce que sa maison soit propre pour sa santé. Pour éviter les poux rouges, le bac à litière doit être changé au moins deux fois par semaine.

Des produits vermifuges sont également nécessaires. Même les canins les plus forts peuvent succomber à des hémorragies internes ou à la famine à cause des vers. Les chiens doivent également être vaccinés régulièrement. Les vaccinations favorisent le développement d’anticorps chez les poulets qui les aident à combattre les infections dangereuses.

Géline de Touraine

Le choix du poulailler pour la Géline de Touraine.

Cette race de poule est robuste. Elle peut résister à tout, y compris aux changements climatiques, à la pluie et aux fluctuations de température. Veillez toutefois à ce que votre poulailler soit suffisamment aéré et ensoleillé. Ceci est particulièrement important pour éviter de propager des maladies infectieuses au reste de votre troupeau.

Par ailleurs, la Géline de Touraine étant très active, pensez à clôturer votre poulailler. Ils risquent de franchir les clôtures, ce qui en fait des proies faciles pour les prédateurs à l’extérieur. Pensez toujours à réapprovisionner leurs bassins d’eau après leurs promenades, car ils sont toujours à la recherche d’eau.

Enfin, gardez votre poulailler propre et sec en permanence. Vous protégez ainsi votre Géline de Touraine de diverses maladies qui pourraient nuire à son taux de ponte ou à la qualité de ses œufs. Au moins deux fois par mois, désinfectez votre poulailler.

Conseils d’élevages

Les circonstances dans lesquelles elles sont hébergées ont un impact important sur les résultats de leur ponte et leur croissance physique.

La Géline de Touraine aime être à l’extérieur. Elle a besoin d’une propriété assez vaste pour se déplacer librement. Elle obtient l’alimentation dont elle a besoin pour grandir principalement en picorant à droite et à gauche. Ses œufs et sa viande sont biologiques et nutritifs grâce à ses promenades et à ses coups de bec.

Si vous décidez d’en élever un, assurez-vous que vous disposez d’un espace suffisant dans votre poulailler, car la Géline de Touraine ne se plaît pas dans les espaces exigus. Choisissez également un endroit herbeux, car elle aime être à l’extérieur : En revanche, 30 m2 par poule n’est pas excessif !